Catégories
Nos actualités On parle de nous

Club Freelance devient Mindquest le 16 mai 2022

Club Freelance devient Mindquest ! Nous sommes heureux d’annoncer que Club Freelance, notre Marque de placement de consultants indépendants dans la technologie et l’informatique et Mindquest, notre marque de recrutement en CDI et à l’international, fusionnent le 16 mai 2022 pour n’en faire qu’une.  

Mais pourquoi cette fusion ? Que cela va-t-il changer pour nos clients et consultants partenaires ? Quelle est notre ambition ? Découvrez la réponse à toutes ces questions ci-dessous !

L’histoire de Club Freelance & Mindquest : deux marques pour deux positionnements  

Notre histoire a débuté en 2014, lorsque Thomas Delfort, ancien DSI de grandes multinationales et Manuela Garampon, experte en recrutement de profils IT, se sont associés pour créer Club Freelance : une startup pour aider les entreprises à couvrir l’ensemble de leurs besoins en expertise IT grâce à des services complets de recrutement de freelances. L’offre se veut disruptive et innovante. Avec une approche fondée sur l’humain et un accompagnement personnalisé auprès des clients et consultants dans l’objectif de répondre parfaitement à leurs besoins respectifs.

Après plusieurs années de développement et de nombreux recrutements réussis pour nos clients, un constat a émergé : les carrières dans l’IT ne sont plus linéaires et les professionnels sont de plus en plus nombreux à alterner périodes de freelancing et contrats en CDI au cours de leur parcours. Parallèlement, les entreprises sont face à un contexte conjoncturel instable et ont des besoins en évolution constante qui nécessitent soit de sécuriser les talents soit de bénéficier d’expertise temporaire.

Fort de ce constat, et afin de poursuivre notre croissance, nous avons décidé d’élargir notre offre et de nous étendre internationalement. C’est ainsi qu’en 2021, nous avons lancé une nouvelle marque : Mindquest.

Les objectifs sont clairs : étendre notre offre au recrutement en CDI et accompagner nos clients au-delà des frontières françaises afin de remplir toujours mieux notre mission : trouver les meilleurs profils pour nos clients et les meilleures opportunités pour nos candidats, quel que soit le statut. 


Pour en savoir plus, lisez notre annonce rebranding : Club Freelance devient Mindquest !


Club Freelance devient Mindquest, pourquoi fusionner nos deux marques ?

Avec l’élargissement de notre activité au recrutement en CDI et à l’international, cette fusion souhaite répondre à une nécessité de synergie entre nos différentes offres de services mais également à notre volonté d’extension sur de nouveaux marchés. D’autre part, elle s’inscrit dans notre projet de développement sur la scène internationale sous une marque unique. Nous souhaitons en effet optimiser la représentation de notre marque à l’étranger et accroître notre rayonnement sur le marché du recrutement tech et IT. De par ce fait, Club Freelance devient Mindquest !

Qu’est-ce que Mindquest ?

Mindquest deviens une société mondiale de services de recrutement informatique mettant en relation des entreprises et des professionnels de l’IT pour mener à bien des projets informatiques critiques au sein des entreprises, et ce quel que soit le type de contrat. 

Avec Mindquest notre mission est simple : nous sommes présents pour aider les entreprises à trouver les meilleurs professionnels de l’informatique pour leurs projets technologiques et accompagner les experts en informatique dans leur recherche des meilleures opportunités de carrière.

Pour cela nous fournissons aux entreprises et aux profils IT des services de recrutement complets et de haute qualité alliant la rapidité et la commodité des derniers outils numériques à une touche humaine. Ce qui fait de Mindquest à la fois une plateforme ouverte d’emplois numériques et un groupe dynamique d’experts en recrutement IT. 

Avec des bureaux à Londres, Paris et Barcelone, Mindquest s’appuie sur l’expérience antérieure de Club Freelance pour aider les entreprises et les experts des technologies informatiques à faire prospérer le secteur mondial de l’IT. De plus nous conservons la même équipe, seul le nom change.


Pour en savoir plus ne manquez pas de visionner le replay de notre Conférence Mindquest Connect !


Quels sont les impacts de notre fusion de marque pour votre compte sur notre plateforme ?  

Vous êtes client ? Qu’est ce que cela change pour vous ? 

A partir du 16 mai, Club Freelance devient Mindquest. En tant que client, vous pourrez désormais recruter les meilleurs talents tech & IT en freelance ou en CDI, en France ou à l’étranger, sur notre unique plateforme de recrutement : Mindquest !  

Cette dernière est une plateforme de recrutement ouverte de gestion de talents numériques soutenue par un groupe dynamique de recruteurs experts de l’IT. Une combinaison qui permet à Mindquest d’allier la vitesse et la commodité des derniers outils numériques avec les compétences et les relations humaines pour proposer une expérience partenaire fluide et efficace.  

Si vous avez déjà un compte client sur notre plateforme Club Freelance, vous pourrez simplement utiliser vos accès sur le site mindquest.io et vos données seront conservées. De la même manière, les modes d’accès à la plateforme resteront similaires : l’accès au profil des candidats restera identique et vous pourrez continuer de gérer de la même manière vos missions et contrats directement depuis votre espace personnel client ! De même, si vous avez des consultants sous contrats de mission dans votre entreprise ces derniers ne seront pas impactés.  

Vous n’avez pas encore de compte client sur notre plateforme ?

Vous n’avez pas encore de compte client sur notre plateforme ? Pas de panique, l’inscription est simple et rapide ! Tout ce que vous avez à faire est de créer votre profil en seulement quelques minutes et d’accéder à votre espace client pour poster votre premier besoin. Rapidement, un de nos Key Account Managers vous rappellera pour préciser vos attentes. Dès lors, vous recevrez une shortlist de candidats qualifiés spécifiquement pour répondre à votre projet (en moyenne sous 48h). Vous pourrez ensuite gérer l’ensemble du process de sélection et les entretiens via votre espace personnel et en mode collaboratif avec votre équipe. Une fois le candidat choisi, nous vous accompagnons dans le process d’onboarding et tout au long de la mission.  

Vous êtes consultants dans l’IT ? Qu’est-ce que cela change pour vous ? 

En tant que consultant dans l’IT, à partir du 16 mai vous pourrez retrouver sur mindquest.io toutes nos missions en freelance et en CDI, en France et à l’étranger.  

Si vous avez déjà un compte candidat sur notre plateforme de recrutement la fusion de nos marques ne changera rien pour vous ! Vous n’aurez pas besoin de recréer un compte car toutes vos données seront transférées sans aucune perte sur le site mindquest.io avec vos accès actuels. De la même manière, la navigation et notamment l’accès à nos offres resteront identiques et vous pourrez continuer de gérer vos alertes et vos candidatures ainsi que de postuler aux opportunités qui vous correspondent directement dans votre espace personnel Talent !  Enfin, si vous êtes actuellement en mission, ne vous préoccupez pas, cela n’aura pas d’impact sur vos contrats.   

Vous n’avez pas encore de compte personnel Talent sur notre plateforme ?

Vous n’avez pas encore de compte personnel Talent sur notre plateforme ? Pas de panique, l’inscription est simple et rapide ! Tout ce que vous avez à faire est de créer un profil en seulement 3 minutes. Dès lors, un de nos Talent Community Specialist vous rappellera rapidement pour comprendre vos aspirations. Vous recevrez ensuite directement des offres adaptées à vos critères et pourrez suivre facilement vos candidatures dans votre espace personnel.   

Quant à notre service d’accompagnement personnel, rien ne changera. Nos équipes continueront de vous apporter un accompagnement personnalisé et une sélection d’offres adaptées à votre profil. De même qu’un coaching tout au long des entretiens ainsi qu’un suivi tout au loin de vos misions. 

Club Freelance devient Mindquest, avez-vous des questions ?

Si vous avez des questions sur notre fusion de marque n’hésitez pas ! Notre équipe reste à votre disposition pour répondre à toutes vos questions et pour continuer de vous accompagner au mieux dans la sélection des meilleurs professionnels de l’IT répondant à votre besoin, ainsi que dans la recherche des meilleures opportunités de missions correspondant à votre profil. 

Restez connecté, plus d’informations sont à venir prochainement…  

Mindquest 

Le match parfait entre entreprises et talents IT.

Catégories
Contenu pour décideurs IT Data & Business Intelligence Décideurs IT Ressources Talent strategy Webinars & Ressources

Comment manager un freelance ? – Livre blanc

Le management des freelances est un enjeu stratégique pour les entreprises ! Découvrez notre livre blanc Manager un freelance.

Découvrez toutes les bonnes pratiques du management de freelances !


Manager un freelance, au programme :

  • La stratégie d’Onboarding
  • La stratégie d’Offboarding
  • Intégrer et impliquer un freelance

Découvrez également notre article sur Comment bien gérer l’onboarding d’un freelance IT et Quand recruter un freelance et quand recruter en CDI ?

Catégories
Contenu pour décideurs IT Décideurs IT Ressources Talent strategy Webinars & Ressources

Accompagner l’Offboarding de son consultant IT – Fiche Pratique

L’offboarding est l’ensemble des actions mises en place par l’entreprise pour accompagner le départ de ses collaborateurs. Mindquest fait le point sur les étapes d’un offboarding réussi à travers une fiche pratique, pour terminer au mieux la mission de son freelance Tech ou IT.

Téléchargez notre fiche pratique offboarding


Pourquoi soigner l’offboarding d’un consultant IT ?

Si vous souhaitez bien manager un freelance, soigner l’offboarding du freelance est capitale à la fin de la mission du freelance. On en parle souvent pour les salariés, mais encore peu pour les ressources externes, comme les freelances informatiques. Et pourtant, ils sont souvent sollicités pour des missions stratégiques, longues et basées chez le client. Un bon dispositif d’offboarding pour les freelances est très important et tout aussi important que pour l’onboarding ! Mais comment bien gérer l’offboarding d’un freelance ?

Découvrez aussi notre guide pratique offboarding : Enjeux et Best Practices !

Catégories
Consultants IT Contenu pour consultants IT Devenir freelance Ressources Webinars & Ressources

Comment démarrer en freelance ? – Guide pratique

En 2021 en France, on comptait entre 700 000 et 830 000 travailleurs dans l‘IT avec 50 000 personnes qui sont devenues consultants indépendant. Ce statut est un alternative au salariat et attire de plus en plus de talents IT et Tech. Cependant, lancer son activité de freelance et démarrer une activité de consultant indépendant dans l’IT n’est pas de tout repos ! Pour vous aider à vous lancer en freelance nous avons créé un guide pratique de démarrage en freelance répertoriant tous les éléments à prendre en compte pour débuter en freelance !

Comment bien démarrer votre activité de consultant indépendant ?

Téléchargez notre guide pratique de démarrage et lancez votre activité de freelance ! 


Notre un guide pratique répondra à toutes vos questions juridiques, financières, administratives et commerciales pour bien démarrer votre activité de consultant indépendant !

Découvrez aussi nos articles : Les erreurs à ne plus faire sur votre CV de freelance IT et Applications pour freelance : les 5 meilleurs outils gratuits pour indépendants, ainsi que notre dossier spécial devenir freelance informatique !

Catégories
Consultants IT Développer sa carrière : CDI & freelance Ressources Webinars & replay Webinars & Ressources

Comment monter en compétences quand on est freelance ? – Présentation Webinar

Mindquest et son partenaire Avantages Formations ont animé un webinar sur comment monter en compétences et mobiliser ses droits à la formation en freelance.

Vous avez raté ce webinar ? Pas de panique, téléchargez notre présentation ci-dessous !


Monter en compétences quand on est freelance : les thèmes abordés pendant ce webinar

L’objectif était d’éclairer les consultants indépendants sur leurs droits à la formation, leurs Fonds d’Assurance de Formation et leurs CPF. Nous discutons également dans ce webinar de l’importance de la formation pour renforcer sa position d’expert.

  • Pourquoi est-il important de monter en compétences ?
  • Quels sont vos droits en formations ?
  • Quels sont les Fonds d’Assurance de Formation : AGEFICE & FIFPL ?
  • Qu’est-ce que le Compte Personnel de Formation (CPF) ?
  • Comment bénéficier de formations ?
  • Quelles sont les sources de financement ?
  • Comment développer ses Soft Skills ?

Découvrez aussi le replay de notre webinar Comment bien se lancer en freelance ?

Catégories
Contenu pour décideurs IT Décideurs IT Ressources Talent strategy Webinars & Ressources

Comment gérer l’Onboarding d’un consultant IT ? – Fiche Pratique

Mindquest fait le point sur les bonnes pratiques de l’onboarding et les étapes pour faire démarrer au mieux la mission de son freelance tech ou IT.


L’onboarding, crucial pour la réussite de la mission

L’onboarding est l’ensemble des actions mises en place par l’entreprise pour intégrer ses nouveaux collaborateurs et faire débuter au mieux la mission d’un freelance. Si vous souhaitez bien manager un freelance, soigner son arrivée est capital.

On en parle souvent pour les salariés, mais encore peu pour les ressources externes, comme les freelances et les consultants informatiques. Et pourtant, ils sont souvent sollicités pour des missions stratégiques, longues et basées chez le client. Un bon dispositif est donc crucial pour la réussite de leur mission !

Découvrez également notre guide pratique de l’offboarding, pour soigner le départ de votre consultant indépendant.

Catégories
Admin & légal Consultants IT Décideurs IT Légal

Les mesures de l’Urssaf face à la crise énergétique

Fasse à la hausse des prix de l’énergie, l’Urssaf a mis en place des mesures d’accompagnement pour les employeurs et travailleurs indépendants. Ces mesures de l’Urssaf ont pour objectif de proposer un accompagnement et des solutions adaptées aux employeurs et travailleurs indépendants qui pourraient rencontrer des difficultés de trésorerie en raison de la hausse de leur facture énergétique.

Hausse des prix de l’énergie

Depuis mi-2021, les prix de l’énergie ne cessent d’augmenter. Tous les fournisseurs sans exception ayant répercuté ces hausses successives, de nombreux citoyens ont vu leurs coûts énergétiques s’envoler et les travailleurs indépendant n’ont pas été épargnés. Découvrez dans notre article quelles sont les mesures d’accompagnement de l’Urssaf pour les entreprises et travailleurs indépendants.

Les mesures de l’Urssaf pour les employeurs

L’Urssaf a mis en place des mesures pour aider les employeurs et entreprises qui rencontrent actuellement des difficultés de paiement. Ou pour ceux qui rencontreront prochainement des difficultés pour payer les cotisations dues lors de leur prochaine exigibilité. Les mesures de l’Urssaf permettent en effet aux employeurs de solliciter, sous réserve du paiement des cotisations salariales, un délai de paiement directement depuis leur espace en ligne sur le site de l’Urssaf. Ceci en indiquant l’origine de leurs difficultés à l’appui de leur demande.

Les entreprises bénéficiant déjà d’un échelonnage de la dette de leurs cotisations pourront également demander une adaptation du montant de leurs échéances. La démarche doit s’effectuer directement depuis leur espace en ligne sur le site de l’Urssaf.

Outre les mesures de l’Urssaf, le Gouvernement a également mis en place différents dispositifs d’aide pour soutenir les entreprises touchées par la hausse des prix de l’énergie. Ces aides ainsi que leurs modalités diffèrent selon la taille de l’entreprise et les difficultés qu’elle rencontre.

Les mesures d’accompagnement de l’Urssaf pour les travailleurs indépendants

L’Urssaf a également mis en place des mesures pour aider les travailleurs indépendants en cette période de crise. Les travailleurs indépendants rencontrant des difficultés, pourront interrompre le prélèvement de leurs cotisations courantes. Ils pourront également interrompre les prélèvements liés à un plan d’échelonnage de leur dette déjà engagé. Cette démarche doit s’effectuer depuis leur compte en ligne sur le site de l’Urssaf. Un nouveau délai de paiement leur sera ensuite accordé.

Les travailleurs indépendants pourront également solliciter une aide de l’action sociale du conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI) portée par l’Urssaf. Cette aide peut prendre la forme d’une aide financière. Mais encore d’un financement des dettes de cotisations et contributions voire des échéances à venir.


Vous souhaitez découvrir notre service de recrutement de consultants dans la Tech et le finance ? Postez votre besoin ou découvrez nos offres de missions directement sur notre plateforme Mindquest !


Catégories
Décideurs IT Recruter un consultant IT Risques & erreurs à éviter

Recrutement : le temps joue contre vous !

Face à l’accélération de la transformation numérique de l’économie, les freelances Tech et IT sont aujourd’hui parmi les ressources les plus recherchées. Les projets sur lesquels ils sont positionnés ne nécessitent pas nécessairement l’emploi d’une personne en CDI, c’est pourquoi il est essentiel pour les entreprises de soigner ces recrutements. Or, un problème récurrent apparait clairement : le manque de réactivité des personnes en charge du recrutement sur ces profils, ce qui leur vaut, parfois, de passer à côté des meilleurs talents. Recrutement : le temps joue contre vous, une tribune de Quentin Gatti, Key Account Sales Manager chez Mindquest.

Travaillez votre réactivité

Lorsqu’une entreprise recherche un Project Management Officer pour une mission, elle doit bien comprendre qu’elle n’est pas la seule à vouloir engager un tel profil. Cette fonction pivot dans la transformation digitale est aujourd’hui une ressource rare sur le marché et c’est loin d’être la seule. Ainsi, les meilleures compétences IT s’arrachent littéralement. Et, lorsqu’elles sont chassées simultanément par 5 ou 6 sociétés, c’est généralement celle qui se montre la plus réactive dans son process de recrutement qui remporte la mise !

En effet, entre le moment où un entretien est réalisé et celui où le freelance obtient enfin une réponse du client, il peut parfois se passer plusieurs semaines. Inimaginable dans un monde où chaque minute compte. Penser qu’un talent attendra patiemment le retour de l’entreprise et renoncera aux opportunités qui ne manqueront pas de se présenter à lui pendant cette période de « réflexion », est très utopiste.


Découvrez aussi notre article Recrutement d’un freelance informatique : avantages et inconvénients​ ainsi que notre article Quand recruter un freelance et quand recruter en CDI ?


Un parcours de recrutement à repenser

Nous constatons ainsi qu’environ 10 consultants sur 100 ne reçoivent jamais de réponse. Sur les 90 % restant, 20 % sont perdus pour le client, car celui-ci a trop tardé à les recontacter. Si une entreprise décide de recruter un freelance, elle doit donc, en tout premier lieu, s’assurer qu’elle a du temps à y consacrer. 

Trop d’entreprises attendent encore de recevoir 10 CV avant de commencer à y jeter un œil. Il y a donc un travail à mener en amont pour définir un nouveau parcours de recrutement et s’y tenir. Ce process devra d’ailleurs être expliqué au candidat : nombre d’entretiens prévus et leur nature (management, technique, cadrage de mission…), délai de traitement des réponses (3 jours, 1 semaine, plus), etc. L’entreprise pourra fixer une date butoir pour l’envoi des CV et préciser que personne ne recevra de réponse avant cette date, évitant ainsi la frustration que génère l’attente. 

Le recruteur traitera également le freelance comme un candidat qui postulerait pour un CDI. Il prendra donc soin de le prévenir, à réception de son profil, que sa candidature a bien été prise en compte. Puis, dans le cas où ses qualifications correspondraient au profil recherché pour la mission, un entretien devra lui être proposé sans attendre. 


Découvrez notre dossier spécial : Pourquoi recruter un freelance informatique ?, pour tout savoir sur quand et comment recruter un freelance informatique ainsi que sur les avantages à recruter un freelance IT.

CTA lire notre dossier spécial

Au-delà d’un enjeu de marque employeur, un enjeu de transformation

Les entreprises qui ne sont pas prêtes à réagir vite pourraient voir leur marque employeur pâlir. Toutes les ressources qui interagissent avec elle ont en effet leur mot à dire sur l’expérience qu’elle propose, freelance comprit ! Ainsi, un candidat ignoré ou peu considéré, peut transformer sa frustration en une critique acerbe de l’entreprise. Sachant que les indépendants interagissent au sein de communautés professionnelles très actives, le risque de voir sa réputation amputée par un simple avis qui pourrait faire boule de neige, ne peut pas être négligé. 

>> Lire la suite de notre Tribune  » Recrutement : le temps joue contre vous !  » sur La Vie Numérique ou InfoDSI !


Vous souhaitez recruter des consultants IT pour mener à bien des missions en freelance ou en CDI au sein de vos projets ? Rejoignez Mindquest et faites-vous accompagner par notre équipe d’experts en recrutement.

CTA poster un besoin

Catégories
ERP & SAP Fiches métiers

SAP S/4HANA, c’est quoi ?

S/4HANA représente aujourd’hui l’un des domaines les plus dynamiques de l’informatique d’entreprise. Investir du temps dans le développement de votre expertise S/4 peut mener à une carrière très réussie et fiable. Mais en quoi consiste cette nouvelle itération de l’ERP de SAP ? En quoi diffère-t-elle de son prédécesseur, ECC6 ? Découvrez toutes les réponses sur SAP S/4HANA dans cet article.

S/4HANA est l’abréviation de « Simplified For HANA (Hi-Performance Analytical Appliance) ». Alors que l’objectif d’ECC6 est de fonctionner sur une variété de bases de données de fournisseurs tels qu’Oracle ou IBM, S/4HANA, comme son nom l’indique, ne peut fonctionner que sur SAP HANA. Lancée en 2015, la base de données en mémoire de SAP permet une vitesse d’accès aux données accrue. Mais aussi de meilleures capacités d’analyse des données en direct. Il s’agit d’un avantage clé à l’ère de l’entreprise connectée et de la connaissance des données. De plus, une organisation différente des données en colonnes permet de réduire le nombre de bases de données nécessaires pour intégrer toutes les informations. Cela permet de rationaliser et d’accélérer l’analyse des données.

Mais plongeons dans les détails de cet aperçu de SAP S/4HANA.

SAP S/4HANA vs ECC6 : une nouvelle UX

De plus, S/4HANA est livré avec des mises à jour importantes. Parmi les changements les plus immédiatement perceptibles figure la dépendance du système à SAP Fiori 3 UX. La nouvelle expérience utilisateur rationalise l’utilisation quotidienne de la plate-forme pour les développeurs et les utilisateurs finaux.


Vous souhaitez en savoir plus sur les avantages et les inconvénients de SAP, lisez notre dossier spécial en cliquant ci-dessous !

CTA lire notre dossier spécial

SAP S/4HANA mises à jour des modules et intégration des données

Un autre grand changement introduit par S/4HANA concerne l’organisation des modules et des composants.

Premièrement, les données de ce qui était deux modules distincts, Comptabilité financière (FI) et contrôle de gestion (CO), sont désormais intégré dans un pool d’informations unique : l’Universal Journal. Le nouvel arrangement permet aux utilisateurs et aux chefs d’entreprise de prendre de meilleures décisions plus rapidement dans une perspective financière et de gestion plus globale.

En intégrant toutes les informations comptables pertinentes de divers composants dans un seul journal universel, S/4HANA accélère les processus de données en éliminant les redondances et en réconciliant les données. Il en résulte un écosystème d’informations sur les données qui met moins de pression sur le système. Mais aussi qui a une empreinte mémoire réduite.

Découvrez aussi notre fiche métier Consultant SAP !

Analyses embarquées et Machine Learning

De plus, un module d’analyse de données intégré prend en charge cette approche de traitement de données intégré. Embedded Analytics exploite la technologie SAP ABAP Core Data Services. Ceci pour créer des modèles de données virtuels à partir de données opérationnelles. Ainsi que pour fournir des rapports opérationnels en temps réel. En d’autres termes, tout ce dont les utilisateurs professionnels ont besoin pour fonctionner à partir d’un cockpit d’entreprise intelligent rempli d’informations sur les données et d’outils tournés vers l’avenir.

De plus, les capacités d’apprentissage automatique intégrées poussent ces outils prédictifs à un nouveau niveau. Ceci permettant aux entreprises de créer des applications intelligentes telles que la tarification et la maintenance prédictives.

Découvrez nos fiches métiers Consultant SAP FI CO et Consultant IOT !

Greenfield vs. implémentation Brownfield

Tout d’abord, il est important de noter que tous les projets de migration S/4HANA ne fonctionnent pas de la même manière et donc, l’expertise dont vous aurez besoin et que vous obtiendrez dépendra du type de projet dans lequel vous êtes impliqué.

Une implémentation entièrement nouvelle fait référence au processus d’adoption de S/4HANA et de conception de son système ERP à partir de zéro. Cette approche part des besoins commerciaux et opérationnels du système pour ensuite proposer l’infrastructure technique qui le rendra possible. Les projets Greenfield peuvent être appliqués lorsqu’une organisation n’a pas de système ou de processus ERP antérieurs en place, ainsi que lorsqu’elle souhaite en concevoir un entièrement nouveau.

À l’inverse, les implémentations de friches industrielles se séparent de processus ou de systèmes déjà présents et les convertissent vers la plate-forme S/4HANA. Ce processus implique la révision de tout l’écosystème précédent puis l’optimisation des processus existants. Les entreprises qui travaillent déjà avec la suite précédente de SAP (ECC6) et qui souhaitent passer à S/4HANA, l’appliquent souvent.

Planification

La préparation est essentielle. Une migration réussie vers S/4HANA dépend de la bonne définition d’une série de processus clés. Étant donné que la suite ERP a une approche à source unique, celles-ci impliquent l’intégration de toutes les données pertinentes dans les mêmes pools de données. On aborde différemment les processus dans les migrations de sites vierges et de sites contaminés.

Par exemple, on saisit toutes les données liées à la comptabilité une seule fois dans l’Universal Journal. Un processus similaire sera effectué pour unifier toutes les informations relatives aux partenaires dans le pool de données des partenaires commerciaux. Une cartographie et une configuration approfondies de la nouvelle comptabilité des actifs seront nécessaires pour migrer vers S/4HANA finance, etc.

L’équipe en charge de la migration devra faire un inventaire de tous les ensembles de données préexistants et trouver un moyen de les adapter à l’écosystème S/4HANA. Ces processus impliquent beaucoup de nettoyage et de rapprochement des données et peuvent prendre beaucoup de temps. Cependant, les entreprises doivent s’assurer qu’elles mettent suffisamment l’accent sur cette étape, car elle servira de colonne vertébrale sur laquelle construire un ERP de nouvelle génération et une entreprise numérique véritablement intelligente.


Besoin de conseils pour lancer ou développer votre activité de consultant indépendant dans la tech ou l’IT ? Besoin de commencer une nouvelle mission en CDI ou freelance ? Rejoignez Mindquest et faites-vous accompagner par notre équipe d’experts.

CTA créer mon compte

Catégories
Développement Fiches métiers

Bonnes pratiques DevOps pour le développement continu

Dans cet article nous aborderons les bonnes pratiques DevOps très utiles à mettre en place en Développement Continu.

DevOps est une méthodologie de développement logiciel qui intègre les équipes de développement et d’administration système. Cette méthodologie permet aux développeurs de se concentrer uniquement sur le développement et de déployer leur code en quelques secondes, autant de fois que nécessaire.

DevOps : la nouvelle frontière du développement logiciel

Depuis les débuts des applications client-serveur, les équipes de développement et les équipes opérationnelles et système sont incompatibles.

Cela représentait un problème d’organisation majeur. Les personnes qui écrivaient le code n’avaient aucun lien avec les responsables de sa mise en œuvre et de sa maintenance. Plus que cela, les développeurs et les administrateurs système avaient des objectifs différents et même des directives départementales contradictoires. Ils ne partageaient souvent pas non plus un emplacement commun. Il en résulta une communication complexe sinon inexistante.

D’un autre côté, les responsables de la maintenance et de l’administration des systèmes ont aussi leur vision. Les programmeurs ne suivent pas les politiques de sécurité dans les environnements de développement/test/production. Les informations d’identification empruntées parmi les membres de l’équipe et les calendriers de déploiement ne sont pas respectés. Et les résultats sont faciles à deviner. Des retards de livraison, une qualité dégradée et la conséquence inexcusable : des clients mécontents.

En 2008, alors que les méthodologies Agile battent leur plein, un Belge, Patrick Debois, a l’idée d’appliquer Agile à l’environnement opérationnel de l’informatique. Et il l’a fait en intégrant le développement et l’informatique dans le même contexte. C’est ainsi que DevOps est né.

DevOps unifie les deux départements sous un même parapluie Agile. Ce faisant, les deux partagent des objectifs, des valeurs et des prémisses.


Vous souhaitez en savoir plus sur le développement web ? Nous vous recommandons de lire notre dossier spécial : Développement Web, métiers et compétences en programmation.

CTA lire notre dossier spécial

Bonnes pratiques DevOps

À ce stade, il est clair que DevOps est une nouvelle façon d’envisager le développement logiciel.

Voyons maintenant les bonnes pratiques DevOps pour mettre en place le Développement Continu. Ceci étant basé sur le cycle de vie standard de développement d’applications.

Intégration continue (IC)

En utilisant des outils de gestion de configuration (CM) parallèlement à des outils de test et de développement spécifiques, vous pouvez savoir exactement quelles parties du code que vous créez sont prêtes à être mises en production avec le nombre minimum de bugs.

À cette fin, un échange fluide d’informations entre les équipes de test et de développement est essentiel pour identifier et résoudre les problèmes de code de manière agile.

Livraison continue

Une fois que nous avons un code sans bugs, la livraison continue permet d’automatiser l’introduction de modifications dans le code pour le télécharger dans l’environnement de pré-production.

Déploiement continu

Comme pour la livraison continue, le déploiement continu permet d’automatiser la publication de nouveaux codes dans l’environnement de production, en minimisant les risques encourus.

Cela permet de publier des changements de code plusieurs fois par jour sans problème grâce aux technologies de conteneur, telles que Docker et Kubernetes, qui permettent d’isoler les environnements tout en maintenant la cohérence du code entre les différentes plateformes de staging.

Maintenant, il nous faut encore parler de deux pratiques qui, bien qu’étant les moins implémentées, sont toujours importantes : la surveillance continue et l’infrastructure en tant que code.

Bonnes pratiques DevOps : contrôle continu

Cela permet de surveiller le code à tout moment, même en production, y compris l’infrastructure qui le maintient. Au moyen d’une boucle, les erreurs sont détectées et notifiées immédiatement, permettant au code endommagé de revenir à la phase de développement et de recommencer le cycle CI/CD.

Infrastructure en tant que code

L’infrastructure en tant que code est une pratique très utile qui traverse les phases DevOps. Il permet d’automatiser les besoins d’infrastructure pour permettre le bon fonctionnement du logiciel. À l’aide de fichiers de définition lisibles par machine, au lieu d’une configuration matérielle physique, il est possible d’adapter dynamiquement les exigences de l’infrastructure logicielle publiée. Un cas typique est la création dynamique d’un nouveau volume de stockage à l’aide de Docker ou de Kubernetes. Que vous pouvez supprimer dès que vous n’en avez plus besoin.

Cela offre non seulement une agilité d’évolutivité matérielle jamais vue auparavant, mais permet également aux équipes informatiques de surveiller les configurations des environnements actifs, d’enregistrer les modifications et de simplifier la restauration des configurations en ajustant les coûts aux besoins réels du moment.

Bonnes pratiques DevOps : conclusion

En conclusion, DevOps a encore un bel avenir devant lui. C’est une collaboration productive et de bonnes intentions entre développeurs et administrateurs système pour atteindre un bien commun. La livraison d’un logiciel sans erreur dans les plus brefs délais.

En plus des bonnes pratiques DevOps, découvrez aussi nos fiches métiers : Développeur Python et Développeur Android.


Besoin de conseils pour lancer ou développer votre activité de consultant indépendant dans la tech ou l’IT ? Besoin de commencer une nouvelle mission en CDI ou freelance ? Rejoignez Mindquest et faites-vous accompagner par notre équipe d’experts.

CTA créer mon compte

Catégories
ERP & SAP Fiches métiers

Comment mettre en place un ERP efficace en 6 étapes

Mettre en place un ERP efficace est une tâche cruciale et le choix d’une solution basée sur le cloud peut accélérer le processus. Cependant, étant donné qu’un ERP couvre l’ensemble des fonctions de l’entreprise, il est important d’effectuer toutes les étapes nécessaires à sa mise en place avec soin et méthode.

Passer à un nouveau système, ou en activer un à partir de zéro, nécessite une analyse préliminaire majeure, un processus de migration et de test minutieux, une formation scrupuleuse du personnel et un fin réglage du système.

Découvrez les différentes phases de ce processus ci-dessous.


Vous souhaitez en savoir plus sur ERP ? Nous vous recommandons de lire notre dossier spécial : ERP, les avantages et les inconvénients de SAP !

CTA lire notre dossier spécial

1. Mettre en place un ERP efficace : découverte et planification

Premièrement, la découverte et la planification sont peut-être les phases les plus importantes : si elles sont effectuées méthodiquement, elles permettent de réduire le temps, les coûts et les risques. Ces phases consistent à rechercher et à sélectionner un système, à constituer une équipe de projet et à définir les exigences détaillées du système.

2. Conception

Ensuite, en analysant l’infrastructure matérielle et logicielle en place, de nouveaux flux de travail plus efficaces et d’autres processus métier peuvent être conçus pour tirer parti du système.

En particulier, si le choix se porte sur un ERP basé sur le cloud, il est essentiel de vérifier la qualité, la stabilité et la sécurité de l’accès à Internet. L’analyse systématique des flux d’informations est ici essentielle. Les systèmes uniques peuvent, en fait, être moins performants que les produits spécifiques à l’industrie.

A ce stade, il est également essentiel de définir une équipe responsable du processus. La mise en œuvre étant une tâche complexe, dédier des ressources facilite l’interface avec l’équipe de support.

3. Mettre en place un ERP efficace : Développement

Après avoir réalisé l’audit et cartographié les flux d’informations, assigné les fonctions et les responsabilités et identifié la solution la plus adaptée, la phase de mise en œuvre proprement dite commence.

Cette étape consiste en la configuration des accès et des autorisations. L’ERP est utilisé par plusieurs utilisateurs et à différents titres. Il est donc important de définir des autorisations et des rôles d’accès en fonction de son profil d’utilisateur.

Cela comprend également la préparation des données et des processus à migrer. L’analyse préliminaire permet de résoudre à temps toute incompatibilité de format. La gestion centralisée des données élimine les redondances et les doublons

4. Tests

Au cours de cette phase, il est utile de tester en permanence les fonctions du système et d’affiner le développement pour résoudre les problèmes émergents.

Affiner, c’est-à-dire tester le système pour vérifier progressivement les résultats du processus de migration et ajuster les écarts d’utilisation et d’accès.

5. Déploiement

Une fois cette phase également terminée, nous passons à la vérification opérationnelle proprement dite du nouvel ERP. Ceci est accompagné de tests d’utilisabilité du personnel.

Le nouvel ERP étant pleinement opérationnel, il est possible d’observer son fonctionnement réel. L’analyse préliminaire et les tests partiels sont utiles, mais la mise en service est le véritable test décisif.

6. Assistance

Au cours de la période de rodage initiale, le travail de l’équipe d’assistance et de service est essentiel. C’est aussi la raison de choisir non seulement l’ERP, mais aussi l’entreprise qui le fournit.

Le maintien de la mise en œuvre de l’ERP après le déploiement contribue à la satisfaction des utilisateurs et garantit que l’entreprise obtienne les avantages souhaités.

Enfin, l’équipe de projet peut rester responsable du système ERP pendant cette phase, mais se concentrera sur l’écoute des commentaires des utilisateurs et l’ajustement du système en conséquence.

Un développement et une configuration supplémentaires peuvent être nécessaires à mesure que de nouvelles fonctionnalités sont ajoutées au système. Il est également essentiel de former le nouveau personnel sur le système pour mettre en place un ERP efficace.

Découvrez également nos fiches métiers Consultant SAP FI CO et Administrateur Jira !


Vous recherchez des missions en freelance ou un emploi en CDI dans le domaine ERP ? Vous pouvez désormais postuler à nos offres d’emploi Tech & IT sur notre plateforme de recrutement freelance et CDI. N’hésitez pas, créez dès à présent votre compte candidat sur notre plateforme.

CTA créer mon compte

Catégories
Data & Business Intelligence Fiches métiers

Erreurs à éviter en Business Intelligence (BI), notre Top 8

IDC estime que le marché de l’informatique décisionnelle continuera de croître à un taux de 8 % jusqu’en 2022. Mais malgré le succès de ces solutions logicielles d’entreprise, la plupart des projets échouent à un moment donné lors de leur mise en œuvre. Quelles sont les causes ? Comment peuvent-ils être évités? Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons rassemblé une liste de 8 erreurs à éviter en matière de Business Intelligence.

Business Intelligence : technologie d’aide à la décision

Le but des solutions de Business Intelligence (BI) est de fournir des informations qui facilitent la prise de décision avec des données en temps réel. Par conséquent, dans un environnement en constante évolution, les logiciels de BI sont de plus en plus indispensables.

De plus, l’union entre la BI et la Data Science élargit l’horizon des possibilités de la Business Intelligence à des limites inimaginables il y a encore quelques années.

Mais pour que votre entreprise profite de cette technologie décisionnelle d’entreprise, il est nécessaire de procéder à une bonne implantation.

Voici les 8 erreurs les plus courantes à éviter en matière de Business Intelligence.


Pour en savoir plus sur le sujet de la Business Intelligence et de la Big Data nous vous recommandons de lire notre dossier spécial : Big Data vs Business Intelligence, quelles sont les différences ?

CTA lire notre dossier spécial

Les 8 erreurs à éviter en Business Intelligence

Les erreurs de Business Intelligence que les entreprises commettent sont souvent les mêmes. Par conséquent, jetons un coup d’œil au « manuel des mauvaises pratiques » dans la mise en œuvre de la Business Intelligence.

Tout d’abord, éviter un problème d’implémentation d’un logiciel de BI, c’est l’anticiper. C’est pourquoi il est nécessaire de le savoir à l’avance.

Les 8 erreurs à éviter en Business Intelligence

1. Ne pas définir correctement les objectifs du logiciel dans la phase de planification

Pour commencer, c’est une grosse erreur de penser qu’en mettant simplement en place une solution BI elle fonctionnera toute seule comme par magie. La Business Intelligence n’est qu’un outil, et elle fonctionnera tant que sa manipulation se fera avec compétence.

Pour que cela fonctionne, il faut définir dès le départ les objectifs à atteindre durant l’implementation. Ceux-ci doivent également être alignés sur les objectifs de l’entreprise. C’est le seul moyen d’obtenir un retour sur investissement en Business Intelligence.

2. Donnez tout le pouvoir sur l’outil de BI au service informatique

En lien avec le point précédent, pour que le logiciel soit aligné sur les objectifs de l’entreprise, la mise en œuvre doit transcender le service informatique.

En d’autres termes, les managers et dirigeants plus orientés business doivent participer activement à la définition des objectifs que la BI doit atteindre.

3. Choisir une technologie de Business Intelligence qui ne répond pas aux exigences de l’entreprise

Il existe une multitude d’éditeurs de logiciels avec différentes solutions techniques et fonctionnelles sur le marché. Et puis il existe des solutions personnalisées. Quel que soit le choix de votre entreprise, le logiciel doit être adapté aux besoins de votre entreprise.

Méfiez-vous des solutions universelles. Puisque la meilleure technologie d’intelligence d’affaires dépendra, dans la plupart des cas, de la taille de votre entreprise, du secteur dans lequel vous évoluez, du type d’activité, etc.

4. Ne pas faire un bon travail d’intégration

Pour que la solution BI produise les résultats souhaités, l’intégration avec les bases de données de l’entreprise est cruciale.

Les entreprises qui dépendent encore complètement d’Excel ont un problème à cet égard et ont besoin d’une refonte complète de leurs systèmes. Une BI bien intégrée aux données des ERP, CRM, etc. est cruciale.

5. Erreurs à éviter en Business Intelligence: négliger la qualité des données

L’une des conséquences de ne pas faire un bon travail d’intégration avec les bases de données de l’entreprise est la mauvaise qualité des données. Mais il existe d’autres raisons pour lesquelles les données peuvent être de mauvaise qualité, non pertinentes ou incomplètes

Des contrôles doivent être en place pour éviter de charger des données erronées dans les processus de Business Intelligence, ETL (Extract, Transform, Loud), etc.

6. Donnez la priorité au front-end et laissez le back-end en arrière-plan

Alors que le but d’un outil de BI devrait être de présenter visuellement des tableaux de bord, des rapports et des graphiques qui facilitent l’analyse des informations (front-end), la configuration des processus internes (back-end), qui sont chargés de traiter toutes les informations qui doit alors être affiché, ne doit pas être négligé.

Donner une importance égale au back-end et au front-end est crucial. Ceci pour choisir la bonne technologie lors de la mise en œuvre ou du développement d’une solution de Business Intelligence.

7. Erreurs à éviter en Business Intelligence : ne pas suffisamment protéger vos données BI

Certes, développer une solution avec des options en libre-service qui démocratisent les données et les étendent à davantage d’utilisateurs internes est souvent bénéfique pour une entreprise.

La mobilité permet également une utilisation plus pratique de la technologie. Permettant, par exemple, l’accès aux rapports à partir d’un smartphone ou d’un autre appareil depuis n’importe où.

Mais tout cela peut aussi poser un sérieux problème de sécurité lorsqu’un employé consulte des informations auxquelles il ne devrait pas avoir accès. Ou qu’un employé perd son smartphone, ouvrant les portes de l’entreprise à tout inconnu. Des contrôles efficaces doivent être mis en place pour garantir la conformité légale et la sécurité de l’entreprise.

8. Oublier l’utilisateur final

Enfin, la formation des collaborateurs et des profils professionnels qui doivent manier la solution de Business Intelligence est fondamentale si nous voulons qu’ils l’utilisent.

La faible adoption est l’une des principales raisons pour lesquelles la mise en œuvre de la BI dans l’entreprise peut échouer.

Un bon programme de formation est très utile, mais ce n’est pas suffisant. L’employé doit comprendre pourquoi il est logique pour l’entreprise d’utiliser la Business Intelligence. Mais aussi pourquoi il est important pour lui de l’utiliser.

Erreurs à éviter en Business Intelligence : conclusion

Pour conclure, la Business Intelligence est la capacité de visualiser les données d’une manière facilement interprétable. Ceci avec une puissante navigation descendante qui permet d’accéder facilement à la source du problème détecté.

Si nous l’associons directement aux technologies de l’information, nous pouvons dire que la BI est l’ensemble des applications, des technologies et des méthodologies qui peuvent collecter et transformer des données en informations précieuses et structurées. Dont celles-ci peuvent être utilisées et analysées directement.

Pour cette raison, il est important de connaître les erreurs les plus courantes à éviter en Business Intelligence. Ceci pour convertir les informations en données précieuses pour la prise de décision.

Lisez également nos fiches métiers : Expert Business Intelligence et Data Analyst !


Besoin de conseils pour lancer ou développer votre activité de consultant indépendant dans la tech ou l’IT ? Besoin de commencer une nouvelle mission en CDI ou freelance ? Rejoignez Mindquest et faites-vous accompagner par notre équipe d’experts.

CTA créer mon compte

Catégories
Admin & légal Consultants IT

Freelance et chômage : est-ce compatible ?

Tout vient à point à qui sait attendre. Mais si l’attente est trop longue, les idées pour arrondir ses fins de mois sont toujours les bienvenues. Vous l’aurez compris, si vous êtes au chômage, vous pouvez toujours choisir de rémunérer vos services en tant que freelance. Cette initiative est même vue d’un très bon œil par les recruteurs, qui favorisent des profils entreprenants, créatifs et motivés.

Toucherez-vous alors le chômage en tant que freelance ? Le fait de devenir auto-entrepreneur empêche-t-il l’octroi du chômage ? Quel est l’impact de votre chiffre d’affaires sur celui-ci ? Est-ce réellement avantageux, en SASU ou EURL par exemple, ou n’est-ce qu’une fausse bonne idée ? On vous répond.

Au chômage, freelance, tu seras

Si dans le langage courant, “être au chômage“ renvoie à l’absence d’emploi, la situation est en réalité bien plus complexe. En effet, le chômage est la situation dans laquelle se trouve une personne qui, en âge de travailler, ne trouve pas d’emploi malgré des recherches actives. Elle n’est donc en rien incompatible avec un autre statut, celui de freelance, c’est-à-dire une personne qui travaille en toute indépendance.

Pour des raisons financières, mais aussi empiriques, vous pouvez être tentés de vous lancer en tant que travailleur indépendant. Cette configuration vous permet pourquoi pas de tester un nouveau projet, voire d’exploiter des compétences au service d’autres entreprises en contrepartie d’une rémunération.

Vous pouvez alors vous lancer aussi bien en tant qu’entrepreneur individuel (et devenir auto-entrepreneur par exemple), que créer votre propre société (SASU ou EURL). Attention toutefois, la création d’une société est beaucoup plus lourde qu’une entreprise individuelle, soyez donc sûrs de votre projet !

En freelance, chômage, tu auras

Une fois que vous avez choisi votre forme juridique pour exercer en freelance, si vous répondez toujours aux conditions de l’attribution du chômage, pourquoi vous en priver ?

En effet, en parallèle de votre rémunération liée à votre activité indépendante, vous pouvez  cumuler vos allocations de retour à l’emploi (ARE) et vos revenus.

Vous pouvez bénéficier de l’allocation chômage si vous remplissez les conditions suivantes :

  • vous vous êtes inscrit à Pôle emploi dans les 12 mois suivant la fin de votre contrat de travail ;
  • si vous résidez en France ;
  • si vous avez travaillé au moins 130 jours ou 910 heures (environ 6 mois) ;
  • vous ne pouvez prétendre à aucune retraite à taux plein à compter de l’âge légal de départ à la retraite,
  • vous n’avez pas liquidé une retraite anticipée à taux plein ;
  • si vous êtes apte à travailler ;
  • vous cherchez un emploi de manière active ; et
  • vous n’avez pas quitté volontairement votre emploi.

Si vous remplissez toutes ces conditions, vous pouvez alors cumuler vos allocations chômage avec vos revenus issus de votre activité indépendante.

Pour cela, voici les 4 étapes pour calculer vos allocations chômage :

  • étape 1 : 70% (revenu brut dégagé par l’activité) – allocations chômage
  • étape 2 : résultat (étape 1) / montant journalier de l’allocation = nombre de jour / mois pour percevoir l’allocation
  • étape 3 : nombre de jours x allocation journalière
  • étape 4 : résultat (étape 4) + revenu brut

Découvrez aussi nos articles : Arrêt maladie, allocations chômage… ça se passe comment quand on est freelance ? et Réforme chômage chez les professionnels de l’IT, c’est le moment de vous lancer en freelance – Tribune !


Le bon choix, tu feras

Il est techniquement possible, nous l’avons vu, de cumuler vos allocations chômage en travaillant en freelance.

Mais ce qui s’avère être un bon choix pour certains ne l’est pas forcément pour d’autres.

D’abord, si avez choisi de devenir auto-entrepreneur, (et c’est le cas de beaucoup de freelance), ce choix n’est pas le plus judicieux. Les démarches de création d’une micro-entreprise sont très faciles d’accès, certes, mais vous pouvez bénéficier de l’allocation chômage dès lors que vos revenus générés par votre activité indépendante ne dépassent pas le salaire moyen que vous touchiez avant. Par ailleurs, en plus de déclarer mensuellement auprès de Pôle emploi vos allocations, dès lors que vous générez du revenu, 70% de vos revenus sera déduit de vos allocations. 


Ensuite, si vous avez créé une société, par exemple une SASU, vous pouvez conserver vos allocations chômage si votre société génère du chiffre d’affaires uniquement si vous ne vous versez pas de salaire. En tant que dirigeant non salarié de votre SASU, le Pôle emploi considère que le chiffre d’affaires correspond au revenu de votre société et non du vôtre, et accepte par conséquent le cumul de vos allocations chômage sans limite de montant. Quant aux dividendes, si vous vous en versez, ils sont, eux aussi, cumulables avec le maintien de l’ARE.

Alors, cumuler vos revenus indépendants et vos allocations chômage, oui, mais tout dépend de votre situation !


Besoin de conseils pour lancer ou développer votre activité de consultant indépendant dans la tech ou l’IT ? Besoin de commencer une nouvelle mission en CDI ou freelance ? Rejoignez Mindquest et faites-vous accompagner par notre équipe d’experts.

CTA créer mon compte

Catégories
Consultants IT Décideurs IT

La cyber-souveraineté française est-elle une chimère ? – Tribune

La cyber-souveraineté française est-elle une chimère ?Tribune écrite par Melchior du Boullay, Directeur général de Mindquest, publiée chez Global Security Mag.

En matière de cybersécurité, la souveraineté repose sur trois piliers : les logiciels, l’infrastructure, et les compétences. Si la France peut s’enorgueillir d’être en pointe sur certains domaines, elle se prive d’une partie de ses compétences pour des raisons culturelles et organisationnelles.

Au fil des années, les innovations technologiques et la digitalisation de tous les espaces – privés et professionnels – sont allées de pair avec des menaces toujours plus nombreuses et sophistiquées. Ransomwares, espionnage, ingénierie sociale, cloud, IoT, IA… le risque cyber est omniprésent, à tel point que la cybersécurité fait (ou devrait faire) partie intégrante de la stratégie globale des entreprises.

Parallèlement, le pouvoir croissant des GAFAM – qui viennent concurrencer celui des Etats – et leur mainmise sur les données suscitent débats et préoccupations.

Ces deux grands axes ont fait progressivement émerger la notion de souveraineté numérique. Cette cyber-souveraineté est au désormais au cœur de la capacité des Etats à maîtriser la sécurité de leur cyberespace national et extraterritorial. Il ne se passe pas un jour sans qu’elle ne soit mise à l’épreuve, et elle est condamné à évoluer sans relâche pour s’adapter à la sophistication permanente des menaces.


Découvrez aussi notre article : Pourquoi la cybersécurité devrait émaner des plus hautes sphères de l’entreprise ?


Les conditions de la cyber-souveraineté

La cyber-souveraineté n’est jamais acquise une fois pour toute, et dépend de multiples facteurs. Parmi eux, la dépendance technologique vis-à-vis de pays étrangers est probablement l’un de plus déterminants. Cette dépendance technologique concerne deux grands volets : les logiciels et les infrastructures informatiques. Plus on recourt à des technologies étrangères, moins on est cyber-souverain.

Second facteur essentiel : les compétences domestiques. La souveraineté numérique ne peut se bâtir et se développer sans expertise et sans maîtrise des compétences techniques les plus pointues. Le sujet est délicat : il faut d’une part recruter les meilleures compétences, et d’autre avoir un très haut niveau de confiance dans ces compétences (du fait de la nature même des enjeux de sécurité nationale).

Enfin, le rôle de la puissance publique est également crucial pour définir et mettre en œuvre un écosystème de cybergouvernance et une stratégie de mesure et d’amélioration permanente.

La France se donne-t-elle (vraiment) toutes les chances pour être cyber-souveraine ?

Eut égard aux points mentionnés précédemment, la France peut s’enorgueillir de posséder une industrie technologique qui, dans certains domaines, se classe parmi les meilleures, avec par exemple des entreprises comme Thales et des organismes comme l’ANSSI.

Parallèlement, notre pays a peut-être, également, laissé certaines de ses pépites disparaitre. On pense à Bull, on pense à Prolog. On ne peut pas, en tous cas, s’empêcher de penser que la France n’a pas la place qu’elle pourrait avoir sur le podium des nations technologiques – notamment dans le domaine des logiciels et des infrastructures. Même si, encore une fois, nous avons certains domaines d’excellence…

>> Lire la suite de notre Tribune : La cyber-souveraineté française est-elle une chimère ? sur Global Security Mag !


Mindquest vous accompagne dans la gestion de votre carrière Tech ou IT et en particulier dans la recherche de nouvelles missions freelances ou d’opportunités en CDI : rejoignez-nous et bénéficiez de conseils personnalisés !

Pour créer votre compte gratuitement c’est juste ici !

CTA créer mon compte

Catégories
Data & Business Intelligence Fiches métiers

Big Data vs Business Intelligence : quelles sont les différences ?

Bien qu’il s’agisse de deux concepts étroitement liés, la Business Intelligence et le Big Data sont deux concepts bien différents. Nous vous proposons dans cet article de comparer les différences entre la Business Intelligence et le Big Data.

Différences entre la Business Intelligence et le Big Data

Que peut-on attendre d’une solution comme la Business Intelligence (BI) et le Big Data ? Les logiciels de BI ou de Business Intelligence aident les entreprises à prendre des décisions basées sur des données et des métriques. Mais quel rapport avec le Big Data ?

De nos jours, de nombreuses entreprises utilisent les données comme ressource. Ils s’y fient pour soutenir les décisions stratégiques qui contribuent à la croissance et à l’amélioration de l’entreprise. Dans cet aspect, Big Data et Business Intelligence travaillent ensemble sur ces données. Cependant, ils ne le font pas de la même manière.


Découvrez nos fiches métiers Responsable de Datacenter et Ingénieur Big Data !


Qu’est-ce que le Big Data ?

Qu'est-ce que le Big Data ?

Le Big Data est un ensemble de technologies et d’outils permettant de gérer et de traiter de grandes quantités de données à grande vitesse et en temps réel, qu’elles soient structurées, semi-structurées ou non structurées.

Les données proviennent de diverses sources (appareils intelligents, capteurs, réseaux sociaux, sites Web, etc.). Cependant, ce n’est pas tant la quantité que la qualité des données qui compte. En d’autres termes, les données peuvent être utilisées pour générer des idées pertinentes et prendre de bonnes décisions stratégiques.

Par conséquent, lorsque nous parlons de Big Data, nous faisons référence à un grand volume de données complexes, difficiles à gérer et à analyser sans les bons outils.


Découvrez le rôle de l’Administrateur Base de Données et du Data Protection Officer !


Qu’est-ce que la Business Intelligence ?

Qu'est-ce que la Business Intelligence ?

La Business Intelligence est la combinaison d’applications logicielles, d’infrastructures et de pratiques qui permettent d’accéder et d’analyser les informations collectées par les entreprises, qui sont ensuite utilisées pour améliorer les processus décisionnels.

C’est à travers la Business Intelligence et ses outils que nous pouvons réaliser une analyse de qualité des données issues du Big Data.

Avec les outils de Business Intelligence, les entreprises peuvent prendre des décisions basées sur des données déjà traitées pour les convertir en informations.

Analyser les informations

L’analyse de toutes ces informations permet d’obtenir de nouvelles données et d’exploiter les informations précédemment collectées. Ces processus sont utiles pour :

  • Générer de nouvelles informations à partir de l’analyse des données existantes, par ex. pour la prévision de la demande ou les méthodes de classification des personnes.
  • Identifier les alarmes ou les situations exceptionnelles à revoir/étudier afin de prendre les mesures appropriées.

La valeur obtenue par ces entreprises se traduit par :

  • Économies de coûts
  • La rapidité
  • Nouveaux produits et services
  • L’anticipation des concurrents
  • Meilleure gestion opérationnelle, etc.

Découvrez le rôle de l’Expert Business Intelligence !


Principales différences entre la Business Intelligence et le Big Data

Les deux permettent d’extraire la valeur de l’information de manières totalement différentes mais complémentaires.

La BI est un ensemble de techniques de gestion d’entreprise qui permettent aux entreprises de prendre des décisions basées sur des données. Les Big Data, quant à elles, sont les outils qui permettent d’obtenir, de stocker et de traiter des données.

Autrement dit :

  • La Business Intelligence permet d’accéder à des ensembles de données déjà organisées et stockées afin que l’utilisateur puisse facilement les parcourir,
  • Le Big Data se concentre sur des processus massifs pour un grand volume de données, avec une organisation et des origines très différentes, afin d’obtenir de nouvelles informations.


Cela signifie qu’avec la Business Intelligence, les entreprises peuvent effectuer des analyses et tirer des conclusions. Mais aussi produire des rapports, des graphiques, des cartes, des tableaux, etc. Ceci avec des informations détaillées à 100 %. Avec le Big Data, c’est le contraire qui est vrai.

En bref, nous pouvons résumer la principale divergence entre les deux comme « innovation et découverte vs questions et réponses ». Certains des processus que la Business Intelligence utilise pour approfondir les données sont : l’utilisation de logiciels, l’alimentation des systèmes de connaissances, la transformation des données en intelligence actionnable, etc.

Principales différences entre la Business Intelligence et le Big Data

Une autre différence concerne le type de données avec lesquelles les deux méthodologies fonctionnent.

Dans le Big Data, tous les types de données, structurées ou non structurées, sont collectées.

La Business Intelligence, quant à elle, ne fonctionne qu’avec des données structurées, qui ont été préalablement stockées dans une base de données hébergée sur un serveur (également appelé entrepôt de données), ce qui lui permet de fonctionner avec des données hors ligne.

La Business Intelligence et le Big Data ne stockent pas les données de la même manière

La Business Intelligence et le Big Data ne stockent pas les données de la même manière

En parlant de stockage de données ; nous avons déjà souligné que la Business Intelligence stocke les données dans une base de données hébergée sur un serveur et cela doit être fait avant le traitement et l’analyse.

Le Big Data, pour fonctionner à sa vitesse, doit utiliser plusieurs serveurs pour stocker les gros volumes de données, c’est-à-dire qu’il doit utiliser des systèmes de fichiers distribués dans des nœuds pour stocker les informations, comme Hadoop. Ces systèmes, beaucoup plus flexibles (ils permettent de stocker des données sans étiquetage) et plus sécurisés. Puisque si l’un des nœuds tombe en panne, les informations seront répliquées sur d’autres nœuds.

Les données ne sont pas traitées de la même manière

Principales différences entre la Business Intelligence et le Big Data

Le traitement des données ne s’effectue pas non plus de la même manière.

Comme nous l’avons déjà mentionné au point précédent, le Big Data utilise un système de fichiers répartis en nœuds, qui permet un traitement parallèle des données, optimisant ainsi la vitesse de traitement des données. Il le fait en exécutant plusieurs instructions en même temps, en comparant les résultats obtenus, en les regroupant et en les analysant. Ceci avant de présenter la solution finale aux utilisateurs.

En Business Intelligence, il faut interroger la base de données pour obtenir les solutions recherchées.


Découvrez le rôle du Data Scientist !


L’analyse des données s’effectuent différement

Principales différences entre la Business Intelligence et le Big Data

Si le Big Data peut stocker et traiter des données structurées et non structurées, il dispose également des outils pour pouvoir analyser et visualiser de grandes quantités de données. Ceci quels que soient leur type et leur origine. Ceci est particulièrement utile pour les entreprises. Car la grande majorité des données actuellement collectées proviennent de diverses sources sur Internet et seulement environ 20% sont structurées.

De plus, le Big Data a la capacité de travailler avec des données du passé ainsi qu’en temps réel, ce qui permet de faire des prédictions plus précises.

La Business Intelligence, puisqu’elle ne peut fonctionner qu’avec des données précédemment stockées, traitées, classifiées et converties, fonctionne toujours avec des données du passé.

Le profil professionnel n’est pas le même non plus

Principales différences entre la Business Intelligence et le Big Data

Enfin, Big Data et Business Intelligence se différencient également par le type de profil professionnel dédié à chaque spécialité.

D’une part, les profils professionnels du Big Data incluent généralement des mathématiciens, des ingénieurs informaticiens ou des statisticiens. De plus, ils appartiennent au département technologie et rapportent au CTO (Chief Technology Officer).

L’analyste de données est l’expert principal pour toutes les opérations de base de données d’entreprise. Ils assemblent et traitent des données afin d’évaluer l’activité de l’entreprise et de faire des recommandations appropriées. Leur travail leur permet de « faire parler les données » en les interprétant.


Lire notre fiche métier Data Analyst !


D’autre part, les profils professionnels de la Business Intelligence proviennent de domaines tels que l’administration des affaires, l’économie ou le marketing, bien qu’ils puissent également inclure des ingénieurs ou des techniciens.

Par exemple, QlikView est une plateforme de Business Intelligence facilitant l’interprétation des données en libre-service. Ainsi, la solution QlikView permet de transformer l’analyse du Big Data en informations exploitables. En conséquence, le rôle du développeur QlikView est de préparer le traitement préalable des données. Ceci pour adapter l’outil aux besoins métiers et aux activités de l’entreprise.

Parallèlement, le rôle du Business Analyst IT vise à faire le pont entre les différents départements opérationnels et le département informatique.

Ce professionnel se trouve généralement au sein de la direction générale de l’entreprise. Et se rapporte soit au CSO (Chief Strategy Officer) s’il en existe un, soit directement au CEO.


Découvrez également le rôle du Consultant IoT !


Pourquoi la Business Intelligence est importante

Les entreprises sont en pleine transition vers la transformation numérique. De plus en plus d’entreprises voient la nécessité d’investir dans des solutions d’analyse de données. Ceci pour une raison simple : l’information, c’est le pouvoir.

Grâce à eux, nous pouvons avoir un contrôle total sur les données et accroître la visibilité de l’entreprise, ainsi que :

  • Gagner du temps et de l’argent
  • Améliorer le service offert aux clients
  • Faciliter la consultation des données
  • Obtenir de nouvelles opportunités commerciales
  • Obtenir des résultats vérifiés, transparents et fiables


Après avoir exposé ces avantages, nous pouvons affirmer que disposer d’une plateforme de BI est essentiel pour réussir en affaires.

Bien que chaque entreprise soit un monde différent, toutes peuvent trouver des avantages concurrentiels dans la BI. Les solutions axées sur l’intelligence d’affaires ne sont plus considérées comme un simple outil axé uniquement sur les grandes entreprises, de sorte que de plus en plus de PME s’intéressent à sa technologie.

Ce qu’il ne faut pas faire en Business Intelligence

Ce qu'il ne faut pas faire en Business Intelligence

Voici les choses à éviter à tout prix en matière de BI :

  • Choisir une technologie qui ne répond pas aux exigences, besoins ou problèmes de votre entreprise.
  • Avoir des objectifs logiciels mal définis dans la phase de planification.
  • Oublier le rôle de l’utilisateur final.
  • Avoir un manque d’intégration et de protection des données de l’entreprise.
  • Laisser le back-end en arrière-plan et donner la priorité absolue au front-end. Ils doivent être en équilibre.

Apprenez-en plus à propos des erreurs les plus communes à éviter en Business Intelligence !


Alors, Big Data vs Business Intelligence, qui gagne ?

La vérité est que ni l’un ni l’autre, car il ne s’agit pas d’une compétition entre les deux méthodologies. Mais ils doivent plutôt travailler ensemble pour tirer le meilleur parti de la collecte et de l’analyse des données.

Ainsi, l’équipe Business Intelligence travaillera en collaboration avec l’équipe Big Data. Ils doivent établir les données à collecter, puis les analyser. De son côté, l’équipe Big Data cherchera des modèles dans les données pour les communiquer à l’équipe BI.


Découvrez le métier d’Expert en Intelligence Artificielle !


Le prochain défi de la Business Intelligence : l’analyse en temps réel

Si la BI veut rester pertinente et ne pas être supplantée dans le temps par les outils du Big Data, elle doit passer à l’étape suivante et pouvoir disposer de ses propres outils d’analyse de données en temps réel.

En d’autres termes, la BI devra également effectuer des analyses sur des données non structurées et réaliser un système dans lequel il est possible de détecter et de répondre aux situations qui se produisent sur le marché de manière rapide et agile.

Cela ne signifie pas que la Business Intelligence cessera de travailler avec le Big Data. En effet, le processus de collecte et de stockage de données massives continuera à incomber à ces derniers. Mais cela signifie que le premier disposera d’outils lui permettant d’analyser ces données en temps réel. Ceci sans avoir à les traiter et les stocker dans une base de données comme on le faisait jusqu’à présent.


Vous êtes à la recherche de missions en freelance ou CDI dans le domaine de l’ERP ! Vous pouvez dès à présent postuler à nos offres de missions Tech & IT sur notre plateforme de recrutement de freelances et CDI.

CTA consultez nos offres

Catégories
Fiches métiers Project Management

Gestion de projet : métiers, compétences et parcours professionnels

Vous avez probablement entendu parler du rôle de chef de projet. Mais qu’est-ce-que réellement la gestion de projet ? En quoi consiste les rôles professionnels relatifs à la gestion de projets et quelles sont les missions attribuées ? Quels sont les parcours professionnels pour travailler dans la gestion de projet ? Découvrez dans cet article tout ce que vous devez savoir sur le rôle des chefs de projets, leurs compétences, leurs aptitudes et leurs attentes salariales.

Qu’est-ce que la gestion de projet ?

La gestion de projet est le processus de planification, de développement et de délégation des responsabilités relatifs aux objectifs d’une organisation. Ceci pour un projet particulier selon des critères convenus.


Découvrez nos fiches métiers : Consultant en transformation digitale, Responsable d’applications IT et Product Owner !


Qu’est-ce qu’un chef de projet ?

Le chef de projet est quant à lui la personne chargée de planifier et de garantir la bonne exécution des étapes de réalisation d’un projet. Autrement dit, c’est le profil qui coordonne le travail de l’équipe pour atteindre les objectifs.

Les grandes entreprises ont toujours investi dans un rôle similaire pour assumer la responsabilité des tâches de gestion et de surveillance. Mais pourquoi les rôles et les compétences du chef de projet sont-ils aujourd’hui plus importants ? Pourquoi la grande majorité des entreprises décide aujourd’hui d’en intégrer un dans leurs rangs ?

La réponse est simple. Le contexte commercial numérique dans lequel nous nous trouvons est très changeant et la stratégie varie en fonction des demandes externes. C’est pourquoi aujourd’hui, les entreprises ont d’autant plus besoin de chefs de projet, qui garderont le focus sur les objectifs. Et qui prendront en compte les facteurs externes auxquels l’équipe est confrontée.


Découvrez nos fiches métiers Solutions Architect et Ingénieur Validation !


Gestion de projet : quels sont les rôles et compétences d’un chef de projet ?

Un chef de projet est généralement chargé de :

  • Définir la raison pour laquelle un projet est nécessaire
  • Spécifier la qualité de chaque pièce livrable
  • Estimer la quantité de ressources et les délais nécessaires
  • Développer et mettre en œuvre un plan et des processus pour le projet
  • Diriger et motiver l’équipe
  • Gérer les risques, les problèmes et les modifications du projet
  • Surveiller les progrès
  • Maintenir une communication continue avec les parties prenantes

Découvrez nos fiches métiers Expert technique et Chief Technical Officer (CTO) !


Gestion de projet : quelles sont les attentes salariales d’un chef de projet ?

Gestion de projet : attentes salariales d'un chef de projet

Selon les données, 71 % des chefs de projet qui ont partagé leur salaire déclarent qu’il a augmenté au cours de la dernière année. La demande pour ce profil continue de croître régulièrement. Principalement dans des pays comme le Mexique, la Colombie, le Pérou et l’Espagne.

Bien sûr, le salaire dépend en grande partie de l’expérience en gestion de projet que chacun apporte. Parmi les profils les plus recherchés, le salaire moyen d’un chef de projet avec 2 à 5 ans d’expérience se situe entre 30 000 $ et 40 000 $ brut par an, selon la zone géographique et la taille de l’entreprise.

Gestion de projet : quelles sont les compétences d’un chef de projet ?

Compétences d'un chef de projet

Le métier de Chef de Projet, contrairement à d’autres profils, ne nécessite pas de connaissances purement techniques. Mais plutôt un ensemble de compétences spécifiques qui s’acquièrent au cours de l’exercice du métier. Par exemple, la capacité de planifier, d’organiser, de coordonner et de contrôler le travail.

1. Leadership

A l’ère du digital, le rôle du Chef de Projet doit s’articuler autour de l’animation et de la conduite de la transformation digitale au sein de l’entreprise. En effet, un bon leader doit savoir transmettre ses valeurs à son équipe. Mais aussi transmettre sa motivation à travailler et à atteindre les objectifs.


Découvrez nos fiches métiers Directeur des systèmes d’information, Chef de Projet SI et Responsable qualité et méthodes !


2. Travail d’équipe

Être un leader ne signifie pas que vous n’avez pas besoin de travailler en équipe. Au contraire, vous devez interagir avec de nombreux niveaux hiérarchiques au sein de l’entreprise. Et il est important de savoir le faire avec chacun d’eux pour bien déterminer les objectifs et les orientations à suivre.

3. Organisation

Dans une large mesure, le travail du chef de projet consiste à organiser, organiser et organiser. L’organisation des processus et des acteurs impliqués dans le projet dépend ainsi de lui. Ainsi que la mise en place d’une bonne organisation des délais et des temps des actions.

4. Communications

S’il y a une chose que l’on attend d’un chef de projet, c’est qu’il soit un excellent communicateur. En effet, l’une de ses tâches est de créer de bons canaux de communication et de s’assurer que tous les agents impliqués dans le projet connaissent et comprennent clairement leur rôle dans la planification.

5. Compétences en gestion des conflits

Les relations interpersonnelles dans la gestion de projet sont une réalité et il est ainsi inévitable que des conflits surgissent à un moment donné. C’est pourquoi il est important que le chef de projet sache gérer ce type de problèmes et agir comme médiateur pour les résoudre et créer un bon environnement de travail.

6. Capacité à déléguer

Un bon manager doit aussi être conscient de ses limites et savoir qu’il est impossible de tout couvrir. Par conséquent, il est important qu’il sache quand déléguer et faire confiance à ses subordonnés, en respectant leurs fonctions et en les motivant dans leur travail.

7. Etre soucieux du détail et attentif

La qualité du service rendu est l’un des principaux objectifs à atteindre par le chef de projet. À cette fin, il doit être exigeant et attentif aux détails, évaluer en tout temps que les normes d’excellence soient respectées et être en mesure d’identifier ce qui ne va pas pour prendre la bonne décision en tout temps.

8. Connaissance du marché

Sans aucun doute, si le projet a un débouché sur le marché, il appartient au chef de projet de connaître les tendances et la concurrence qui peuvent survenir. Ceci pour ainsi ajuster la focalisation des objectifs vers le succès.

Le poste de chef de projet e-CRM (gestion électronique de la relation client) se situe à l’intersection des fonctions informatique, marketing et commerciale. Ce rôle occupe une place importante dans le domaine de la relation client sur le web, car il coordonne la mise en place des campagnes digitales sur l’ensemble des plateformes numériques de l’entreprise.


Lisez notre fiche métier chef de projet e-CRM pour connaître les compétences requises et les prétentions salariales de ce métier.


9. Vision tournée vers les objectifs

En plus de fixer les principaux objectifs d’un projet, le chef de projet doit savoir gérer les événements imprévus. Il est crucial que le chef de projet sache guider l’équipe avec une prise de décision rapide et précise et en établissant des délais.

10. Connaissances en évaluation et métriques

Avoir des connaissances en analyse et en métrique est essentiel pour le chef de projet. Ceci car l’une de ses fonctions est d’évaluer l’efficacité, l’avancement, la performance, la productivité et la qualité d’un projet ou d’un produit. En ce sens, les métriques aident à connaître l’état du projet en cours en termes de temps, de coûts et de rentabilité.


Découvrez aussi nos fiches métier : Responsable de la production informatique et Chef d’Equipe Intégration et support !


11. Budgétisation et planification

Le budget indique comment les fonds seront dépensés pendant la durée de vie d’un projet. Le chef de projet doit ainsi définir en termes de coûts tous les efforts investis dans chaque tâche.


Lisez notre fiche métier Business Analyst IT !


Gestion de projet : ce que vous devez étudier pour devenir chef de projet

Les professionnels ayant une formation spécifique et pluridisciplinaire avec une base numérique qui gèrent la valeur, la réduction du temps, l’agilité et la fiabilité des objectifs prennent de plus en plus d’importance dans les entreprises. Bien qu’il n’y ait pas de carrière spécifique pour apprendre à couvrir les rôles de chef de projet, vous devez avoir des compétences en gestion, en affaires et maîtriser les techniques de design thinking, la résolution de problèmes et la méthodologie Agile & Scrum.

1. Le Design Thinking pour la gestion de projet

Gestion de projet : Design Thinking

Le Design Thinking est une discipline qui repose sur la sensibilité et les capacités des designers pour faire correspondre les besoins des gens avec ce qui est technologiquement faisable.

Les marques sont constamment à la recherche d’experts du numérique alliant émotion et innovation. C’est ainsi dans ce contexte qu’ils sollicitent l’aide d’un Creative Technologist.

Le Creative Technologist joue ainsi un rôle important dans la numérisation d’une agence ou d’une marque. Sa principale mission est d’aider à positionner les marques grâce à la technologie et à l’innovation. C’est ainsi un travail hybride qui combine une expertise en technologie, en marketing et en design.


Découvrez en plus à propos du Creative Tecnologist ainsi que du Designer UX/UI !


2. La résolution de problèmes

Gestion de projet : résolution de problèmes

La résolution de problèmes est la compétence qui détermine pourquoi un problème survient et comment le résoudre. Cela commence par l’identification des problèmes, la conception de solutions, la mise en œuvre de ces solutions. Et enfin l’évaluation de leur efficacité.

3. La méthodologie Agile & Scrum

Gestion de projet : Agile & Scrum

La méthodoogie Agile et Scrum est le processus d’application régulière d’un ensemble de meilleures pratiques pour travailler en collaboration en équipe. Ceci de sorte à obtenir le meilleur résultat possible pour un projet. De plus, Agile et Scrum sont des techniques utilisées pour atteindre les objectifs.

La transformation Agile peut être un projet très difficile pour une entreprise. De nombreuses raisons peuvent conduire à l’échec : management peu ouvert à l’agilité, changement de direction et d’objectifs…


Le Coach Agile est un agent de changement pour les entreprises sur la voie de l’agilité. Il aide les entreprises à se transformer sur le long terme.


Lisez notre fiche métier Coach Agile !


L’origine du terme Scrum vient du rugby. Le travail du Scrum Master est analogue à celui du scrum-half. Le Scrum Master a la responsabilité de pousser les autres dans la bonne direction. Il doit favoriser l’unité d’équipe et communiquer avec le monde extérieur. Le Scrum Master agit donc comme un guide. Il aide et facilite le travail de l’équipe, dans une optique d’amélioration et d’adaptation.


Découvrez en plus à propos du métier de Scrum Master dans notre fiche métier !


Jira est une plateforme multifonctionnelle développée par Atlassian qui facilite la gestion des projets de développement et Agile.


Découvrez dans notre fiche métier le rôle de l’administrateur Jira !


C’est en effet un logiciel de suivi permettant aux équipes de définir des activités, d’identifier des blocages et de partager des informations. Cet outil est spécifiquement conçu pour répondre aux besoins des équipes travaillant en Scrum ou en Kanban.


Vous êtes à la recherche de missions en freelance ou CDI dans le domaine de l’ERP ! Vous pouvez dès à présent postuler à nos offres de missions Tech & IT sur notre plateforme de recrutement de freelances et CDI.

CTA consultez nos offres